All posts by GwadaMLCE

La charte de Gwada MLCE

By | Gwada MLCE | No Comments

« Aujourd’hui 97% des transactions de monnaies « officielles » circulent dans les sphères spéculatives et seulement 3% dans l’économie réelle. »

Notre monnaie nous appartient, redonnons-lui du sens. Réinventons ensemble une économie non spéculative à visage humain qui restera au service de notre territoire.

L’association “Gwada MLCE” met en place une monnaie locale complémentaire environnementale, faisant de l’argent un outil de développement local, en dehors de toute spéculation et accumulation.

Nous souhaitons reconsidérer la place de l’argent dans nos systèmes d’échange. Nous savons qu’une monnaie peut être porteuse de sens et de valeurs.

En adhérant à l’association “Gwada MLCE”, je m’engage à utiliser la monnaie locale comme :

Porteuse de valeurs éthiques, écologiques, et sociales dans une recherche de mieux-être collectif ;
Outil pour inciter chacun à mieux comprendre sa façon de produire et de consommer ;
Moyen de contribuer à une alternative non-spéculative au modèle économique actuel.

En signant cette Charte des valeurs, je m’engage en tant que consom’acteur ou consom’actrice citoyen.n.e, prestataire, collectivité ou partenaire financier à favoriser :

L’activité et les emplois locaux en privilégiant les productions, les services et les commerces de proximité, dans une démarche de qualité ;
Les pratiques respectueuses de la nature, de notre environnement et de la santé ;
Les échanges entre acteurs locaux dans un esprit de complémentarité, de coopération et de solidarité.
L’accès à la qualité des biens et des services au plus grand nombre ;
De bonnes relations et conditions de travail.

Les groupes de travail

By | Gwada MLCE | No Comments

Comment évolue l’Association Gwada MLCE ?

L’association Gwada MLCE Monnaie Locale Complémentaire Environnementale fonctionne grâce à ses groupes de travail.

Composés de bénévoles, ils se réunissent régulièrement pour faire grandir le réseau :

Groupe Essaimage

Il s’occupe de trouver de nouveaux professionnels pour agrandir le réseau :

Identification des professionnels susceptibles de rejoindre l’association
Accompagnement aux adhésions professionnelles
Démarchage et rencontres pour répondre aux questions

Groupe Communication

Il est en charge de l’organisation de toute la communication de l’association :

Rédaction des contenus et diffusion sur les réseaux sociaux, lettre d’info, dans les différents organes de presse, …
Création des visuels pour la communication externe, affiches, flyers, etc…

Groupe Présentation

Il est en charge de l’organisation des évènements :

Réunions d’informations publiques, présence sur les évènements du territoire, …
Démarchage des professionnels avec le groupe essaimage

Groupe Développement

Il est en charge de la préparation des dossiers et coopérations :

Dossiers auprès des collectivités locales
Contact avec les différentes associations de l’économie sociale et solidaire du territoire

Groupe Parcours des Gwadas

Il est en charge d’analyser et de rendre lisible la circulation de notre monnaie locale :

Parcours des Gwadas pour les particuliers
Parcours des Gwadas pour les professionnels, identification des fournisseurs éventuels, …
Contact avec les professionnels adhérents pour prospecter de nouveaux fournisseurs susceptibles d’adhérer, …

Groupes des iles du sud

Nous voudrions créer des groupes un peu partout (Terre de haut, Terre de bas, Marie-galante,La Désirade)

C’est justement ce que vous attendiez ? Contactez-nous pour lancer la dynamique dans votre ile ou rejoindre le groupe le plus proche !

Je suis un(e) professionnel(le)

By | Gwada MLCE | No Comments

Comment ça marche ?
Pour l’instant nous sommes à la phase de structuration du réseau, chaque personne motivé par les valeurs de Gwada MLCE est invitée à adhérer à l’association et ceci pour plusieurs raisons :

1- Plus on est nombreux dans l’association, plus les collectivités nous écouterons pour : soit nous aider financièrement, soit accepter elles aussi d’utiliser le gwada. C’est notre nombre qui fait notre force.

2- Vous pouvez devenir bénévole au sein de l’association et apporter votre pierre à l’édifice de la monnaie locale. L’association Gwada MLCE a besoin de tout le monde et chacun peut être ambassadeur des valeurs.

3- Vous pouvez être informé des rencontres et animations autour de la monnaie locale, comme des soirées de projection débat avec des films sur les monnaies locales. En adhérant, vous êtes ainsi répertorié et nous pouvons vous communiquer les lieux et dates des rendez-vous

Comment ça fonctionnera ?

1> J’adhère à l’association

J’adhère à l’association Gwada MLCE et signe sa charte. Je m’associe à une démarche qui fait du sens en privilégiant les circuits courts. Par cette proximité, je renforce les liens avec mes partenaires locaux, j’intègre un réseau de professionnels et favorise l’économie circulaire sur mon territoire.

2> J’intègre le Gwada à mes moyens de paiements

Plus fort qu’un label, vos clients ont l’assurance que vous jouez la carte du local !
L’émission des factures se réalise en euros et la tenue des caisses reste identique, seules les modalités de règlement intègrent une partie en Gwadas.

3> Des Gwadas dans ma comptabilité ?

Les échanges entre les adhérents se réalisent par échanges des coupons-billets de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 Gwadas.

Les factures émises et la tenue des caisses enregistreuses (je peux programmer sur ma caisse un nouveau mode de paiement « Gwada ») ne sont pas affectées, ces documents restent émis en euros. Seules les modalités de règlement intègrent une part en monnaie locale sous forme de coupons-billets.

L’usage du Gwada n’affecte pas l’application des impôts commerciaux (TVA, BIC, IS, IR,..) puisque ceux-ci sont toujours comptabilisés en euros.

Concrètement :

– Mes ventes sont toujours enregistrées en euros et reportées dans ma comptabilité en euros.
– Je déclare le total de mes euros + gwadas encaissés, le tout en euros.
– Selon le niveau de comptabilité propre à ma structure, je peux utiliser un sous-compte de la classe 5 (Trésorerie) et je tiens un solde journalier en Gwada que je vérifie avec mes coupons-billets.
– J’enregistre mon adhésion annuelle dans la rubrique Cotisations Professionnelles.

Et après ?

Les Gwadas récoltés sont réinjectés:

En rendant la monnaie aux clients adhérents
En payant avec mes fournisseurs et mes prestataires locaux
En me payant une partie de mon salaire en Gwadas
En payant une partie des salaires aux employés qui l’acceptent

S’il me reste trop de Gwadas, je contacte l’association Gwada MLCE :

Pour lui demander conseil pour trouver des moyens de les remettre en circulation
Pour lui indiquer qui pourrait rejoindre l’association parmi mes fournisseurs
Pour rechanger mes Gwadas en euros en dernier recours

Quand un prestataire échange des gwadas en euros, il doit s’acquitter d’une commission de 5% :
– 1. Pour permettre de financer le fonctionnement de l’association (administration, frais, communication, etc)
– 2. Afin d’inciter les prestataires à jouer le jeu de l’économie circulaire et de les réinjecter dans le réseau local.

Je veux que mes clients puissent me régler en Gwadas :

Vous être entrepreneur et vous voulez rejoindre le Gwada, être contacté par l’association, ou que nous venions vous rencontrer, rdv sur la page « Adhérer et participer »

Je suis un(e) particulier(e)

By | Gwada MLCE | No Comments

Comment ça marche ?
Pour l’instant nous sommes à la phase de structuration du réseau, chaque personne motivé par les valeurs de Gwada MLCE est invitée à adhérer à l’association et ceci pour plusieurs raisons :

1- Plus on est nombreux dans l’association, plus les collectivités nous écouterons pour : soit nous aider financièrement, soit accepter elles aussi d’utiliser le gwada. C’est notre nombre qui fait notre force.

2- Vous pouvez devenir bénévole au sein de l’association et apporter votre pierre à l’édifice de la monnaie locale. L’association Gwada MLCE a besoin de tout le monde et chacun peut être ambassadeur des valeurs.

3- Vous pouvez être informé des rencontres et animations autour de la monnaie locale, comme des soirées de projection débat avec des films sur les monnaies locales. En adhérant, vous êtes ainsi répertorié et nous pouvons vous communiquer les lieux et dates des rendez-vous

Comment faire pour nous rejoindre ?

J’adhère à l’association :

L’adhésion est valable 1 an, le montant est libre (minimum 2€ pour les sympathisants)

Quand la monnaie sera mise en place cela fonctionnera ainsi :

1> J’échange des euros contre des Gwadas dans un bureau de change

1 Gwada valant 1 euro, je peux changer 20 € en 20 Gwadas par exemple que je pourrai dépenser chez les professionnels du réseau. Je peux ainsi convertir mon «budget local» mensuel et participer à l’économie circulaire de ma région.

2> Je regarde l’annuaire des prestataires pour dépenser mes gwadas

Il est actualisé chaque mois. Il répertorie les producteurs, commerçants et autres professionnels qui acceptent les paiements en Gwadas. Ils sont signalés par un autocollant sur leur vitrine.

– J’encourage les circuits courts
– Je favorise l’économie locale
– Je contribue au développement de mon territoire dans une démarche citoyenne et éco-responsable !

Adhérer et participer

By | Gwada MLCE | No Comments

– Je suis un(e) professionnel(le) :
Je veux que mon entreprise puisse accepter les gwadas dans ses moyens de paiement,
je contacte l’association pour prendre rdv : par téléphone au 06 90 68 02 88 ou par e-mail avec le formulaire de contact

Vous pouvez vous inscrire en remplissant le formulaire d’adhésion.

Si vous êtes professionnel adhérent et que vous voulez renouveler votre adhésion, merci de faire parvenir votre chèque à :
Gwada MLCE, 322 Impasse Delair 97180 Sainte-Anne, ou par virement bancaire

– Je suis une association non commerciale, à but non lucratif :

Je veux que mon association puisse accepter les gwadas dans ses moyens de paiement,
je contacte l’association pour prendre rdv : 06 90 68 02 88 ou par e-mail avec le formulaire de contact

Vous pouvez vous inscrire en remplissant le formulaire d’adhésion.

Si vous êtes une association non commerciale, à but non lucratif, adhérente et que vous voulez renouveler votre adhésion, merci de faire parvenir votre chèque à :
Gwada MLCE, 322 Impasse Delair 97180 Sainte-Anne, ou par virement bancaire

– Je suis un(e) particulier(e) :

L’adhésion est valable 1 an, de juillet à juillet, et le montant est libre (minimum 5€ pour les particuliers)
Je veux soutenir l’association en adhérant

Vous pouvez vous inscrire en remplissant le formulaire d’adhésion.

– Je suis adhérent(e) et je veux changer mes euros en Gwadas :
Je me rends dans un comptoir de change avec ma carte d’adhérent(e) :

– Je veux soutenir l’association en faisant un don :
j’envoie un chèque à l’ordre de Gwada MLCE à cette adresse : Gwada MLCE, 322 Impasse Delair 97180 Sainte-Anne

– Je participer à un groupe de travail :
Je vais sur la page « Groupes de travail » et je contacte le ou la référente pour être informé(e) de la prochaine réunion.

Le panier, partage de jeux, outils ludiques et autres animations

By | Jeux | No Comments

Mutualisation coordonnée par Celina Whitaker, initiée lors des 1ères assises en mai 2013 (maj 2015 avec les jeux proposés par les amis de la Doume et la Pêche) :

Outils ludiques, jeux, animations et autres démarches sensibles sur le thème de la monnaie et des monnaies complémentaires (locales, citoyennes, sociales…), ou sur tout autre thème connexe qui vous semble intéressant à partager.

Pièce de théâtre « Par ici la monnaie », par la compagnie La Tribouille.

Spectacle de théâtre créé en 2016 – Le spectacle dure 40 minutes et est interprété par deux comédiens. Il traite de façon décalée et burlesque le thème de la monnaie (dame de Condé entre autres) et des liens que nous entretenons avec l’argent. La représentation peut être suivie d’un débat. Cette pièce peut être interprétée devant un public scolaire (à partir du lycée).

Contact avec la Compagnie La Tribouille pour les conditions et prix.

Présentation du spectacle : http://tribouille.fr/par-ici-la-monnaie/

Site de la compagnie : http://tribouille.fr/

Jeu de l’oie violette (Sol-Violette).

Support ludique pour parler du Sol-Violette au grand public (à adapter donc pour chaque monnaie).
fiche à télécharger

Le jeu des sous d’ici (MLC Rance)

C’est une sorte de jeu de rôle qui peut se jouer sur 3 heures ou plus en parallèle au sein d’une rencontre dédiée aux monnaies, ou d’un festival ou d’un salon, ou même avec adaptation et complicités au sein d’un établissement scolaire par exemple.

La présentation générale de l’outil, les règles du jeu et la fiche de personnage (supports de jeu) en version pdf.

Au besoin on peut aussi nous contacter à cette adresse : dynamo(at)mailoo.org

Qu’est ce qui compte ? Ou le thermomètre des Valeurs, ou les éprouvettes de Valeurs.

Reconsidérer l’idée même de richesse, reconnaître la valeur des différentes formes de richesses, en particulier culturelles, écologiques et sociales, au delà des richesses matérielles et monétaires, qui sont les seules richesses reconnues comme telles par un instrument de mesure comme le Produit intérieur brut….
On peut poursuivre sur la façon dont on échange ou partage ces différentes richesses, et ouvrir sur les monnaies complémentaires pour valoriser et échanger « ce qui compte », etc…
fiche à télécharger

FricSOL

Sensibiliser aux finances solidaires. La monnaie utilisée est le SOL.

fiche à télécharger

Photolangage sur les thématiques de l’Economie Sociale et Solidaire.

Support pour divers types de temps d’expression en groupe sur les valeurs que ces images évoquent.

fiche à télécharger

La dame de Condé

Comprendre le rôle de la monnaie pour la réalisation des échanges, mettre en lumière la question de la confiance par rapport à la monnaie (une monnaie n’a de valeur que par la confiance que lui accordent les membres de la communauté).

fiche à télécharger, le conte.

Ça circule dans le comté de Condé…
Jeu de rôle croisant les jeux « la dame de Condé » et « Ca circule » ! , proposé par les amis de la Doume.

fiche à télécharger, le fil directeur du jeu, les différents rôles.

Découvrir la monnaie et les échanges.

Jeu inspiré par ‘ça circule’, dans lequel on peut faire des échanges mais aussi faire fructifier ses placements à la banque spéculative. Proposé par la Pêche.

fiche à télécharger

Exposition « Les nouveaux riches : visages des des monnaies sociales et complémentaires ».

Outil de sensibilisation, source de débats par la découverte d’autres manières d’échanger existant en France et dans le monde, cette exposition invite à interroger les formes de richesses et à repenser les échanges.
Contact à prendre avec Fokus21 pour les conditions de location ou prêt.

http://www.fokus21.org/spip.php?article47

Compte rendu des 15e rencontres des MLCC du 18 au 21 Mai 2018

By | Informations | No Comments

Source : http://monnaie-locale-complementaire-citoyenne.net/compte-rendu-des-15e-rencontres/

Compte-rendu des 15 ° Rencontres de Riom, avec 35 monnaies présentes, du beau temps et de la bonne humeur !

Thème : développer le pouvoir d’agir des citoyens.
Nous avons partagé des initiatives en cours , concrètes et presque immédiatement partageables.

A relire et, pour les absents, à explorer !

COMPTE-RENDU DES 15e RENCONTRES des MONNAIES LOCALES COMPLÉMENTAIRES CITOYENNES DE FRANCE

RIOM (63) du 18 au 21 mai 2018

dans un lycée avec internat

THÈME DES RENCONTRES : « le pouvoir d’agir des citoyens »

Les représentants des diverses monnaies ne sont pas forcément restés tout au long des trois jours, mais au total il y avait :

l’Abeille, la Bizh, la Brimbelle, le Buzuk, la Cagnole, la Cigogne, la Commune, la Doume, l’Elef, l’Eusko, le Galais, la Gonette, le Grain, la Graine, le Krôcô, le Léman, le Lien, la Lignière, la Maillette, la Merlette, la MIEL, la Mige, le projet Aunis-la Rochelle, la Muse, la Pêche, lou Pelou, la Pive, la Retz’L, la Roue 84, le Sol-Violette, la Sonnante, le Soudaqui, la T!nda, le Trèfle, le Vendéo, soit 35 monnaies dont la très grosse majorité déjà en circulation.

Thème : Développer le pouvoir d’agir : le contact avec le grand public.

14 h- 16 h : Réflexion collective (présentation d’une méthode – ateliers – conclusions en plénière).

Voir le compte-rendu de Dominique Fleurat et Mirentxu Belly‌

16 h 30 – 19 h … et qq : présentation et pratiques de JEUX à destination de différents publics :

1) sur la place publique, pour interpeller :
« les cubes » R2
6 gros cubes de carton à faire rouler,
sur chaque face une info sur la finance,
le fonctionnement de la MLCC, etc,
ce qui suscite une discussion rapide ;
les enfants sont de bons complices…

2) dans un petit coin au cours d’une journée festive, dans un café…
le Molococi, un jeu imitant le Monopoly
mais évidemment l’enjeu n’est pas le même.
Sophie Domarle, qui a conçu ce jeu ,voudrait
lancer dans quelques mois une souscription
pour l’éditer, le tarif dépendant évidemment
du nombre de souscripteurs.
Présentation succincte de ce jeu.

3) dans un stage dédié, le « Jeu de la Monnaie »,
apporté par son R4concepteur,
« Martouf le Synthéticien ».

jeu d’au moins deux heures,
avec 40 personnes maximum.
Voir ici sa présentation :

Jeu de la monnaie – Martouf le Synthéticien

4) pour un public novice,
le jeu de base, « la dame de Condé »
animé par Dominique Fleurat

(plusieurs versions sur notre site
http://monnaie-locale-complementaire-citoyenne.net/panier-ludique/).

A noter que les joueurs à ce jeu ont été sollicités pour participer à une séquence du documentaire France 5 : qu’est-ce qu’une monnaie locale et à quoi ça sert ?

Thème : le numérique, un outil pour développer le pouvoir d’agir ?

Il s’agissait d’entendre les porteurs d’expériences ou de projets.

(Notes de Charles Lesage avec quelques précisions des intervenants)
Le Galais (Cédric André)

1) Outil existant :
Une cartographie + un annuaire mis à jour automatiquement (un backoffice wordpress)

Ils sont prêts à offrir l’outil. Il faut encore « encapsuler l’outil » de sorte à ce qu’il soit libre de droits. Il faut une bonne volonté pour le faire.

Avant ce logiciel, ils avaient plein de tableaux excel, maintenant tout est centralisé.

2) Paiement numérique :

A l’étude depuis trois ans.

Ils se disent que la solution Monkey Money est bien, elle permet le paiement et le suivi des transactions numériques. Ils ne s’intéressent qu’au module 3 puisque leur propre outil de gestion est suffisant.

Il est obligatoire que les flux passent par un tiers patenté par l’ACPR. Monker Money le fait avec « Lemon Way » via Helloasso.

3) Intérêt pour la proposition de Fair trip : (https://www.fairtrip.org/fr)

Fair Trip est un Tip Advisor éthique (la charte est plus stricte que plusieurs MLC)

Fair Trip souhaite avoir accès à nos données de partenaires. Cela nous permettrait de les mettre en avant sur leur site. Ca pourrait être un vitrine commune pour toutes les MLC.

4) Participation du Galais à l’appel à projet « Mon projet pour la Planète »

Précisions envoyées par Cédric André :

Nous souhaiterions développer un usage, celui d’une consommation consciente et raisonnée qui puisse devenir un réflexe pour nos consom’acteurs tout en valorisant auprès des collectivités et des partenaires les fondamentaux de notre démarche :
1. Replacer l’homme au centre l’économie (Oikos) ;
2. Réduire l’impact de la finance sur nos entreprises et territoires ;
3. Favoriser le développement des circuits-courts et de la production locale ;
4. Encourager les productions respectueuses de l’homme et de son environnement ;
5. Créer les conditions de résilience pour un territoire par l’inter-connaissance des acteurs économiques, des collectivités, des associations et des consom’acteurs en permettant une gouvernance démocratique partagée de la monnaie.

Pour atteindre cet objectif d’usage, nous proposons de développer à la fois une version papier d’un « éco-cadeau » et une plateforme de promotion ludique et didactique du territoire à destination des visiteurs, des Comités d’Entreprises (une alternative aux bons d’achats des grands groupes) et des locaux en reprogrammant le principe des « box cadeaux » essentiellement consuméristes, se vendant au détriment des marges des entreprises et de la fiscalité grâce à des comptes hors de France…
La Doume (Stephan Gelberger, développeur)

Stephan a conçu (gratuitement) pour la doume un logiciel de gestion complet comprenant une unique base de données. Le site internet est relié à cette base de données et mis à jour en temps réel.

Le logiciel de gestion (https://doume.org) comprend :

Une interface adaptée au profil de l’utilisateur (selon que l’on est particulier, partenaire, bénévole, coordinateur, etc. on a accès à différente partie du site)
suivi des adhérents pros et utilisateurs
suivi des groupes locaux
suivi des comptoirs de change
suivi des flux monétaires papier et numérique
gestion des adhésions, des reçus, …
Envoi de mails automatiques possibles pour réadhésion, etc. (fonctionnalité à rajouter)
Etc.

Le serveur de la Doume est en lien avec Helloasso et récupère les indos automatiquement.

Les transactions numériques sont déjà possibles entre pros. Stephan travaille sur une application pour rendre possible les transactions sur téléphone pour le grand public.

L’élaboration de ce logiciel a nécessité 600 à 700h de travail. Stephan avait proposé, il y a un an et demi, le projet Moloco, c’est-à-dire la réécriture de ce logiciel en langage informatique international, puis son encapsulation de sorte qu’il soit un logiciel libre.
Ceci permettrait à toutes les monnaies voulant l’utiliser de le faire gratuitement et leur permettrait également de rajouter des modules selon leurs besoins.
Le projet Moloco nécessite deux développeurs à temps plein pendant trois mois, soit 25 000€. Une fois cet investissement payé, le logiciel deviendrait accessible gratuitement.
Le Trèfle (Jean-Paul Quentin, développeur)

Ils n’ont pas de billets car ils n’avaient pas l’argent pour les imprimer. Ils ont une monnaie numérique depuis 1 an ½.

Paiement numérique par sms pour les particuliers et par messagerie (type MSN messenger) pour les pros. Un compte est créé pour chaque adhérent. Il n’utilise pas internet, il passe par le réseau 3G (il faut une clé USB 3G)

Il permet aussi la gestion des adhérents. Il permet les réadhésions automatiques en MLC avec l’accord de l’adhérent.

Il y a un partenariat avec un club informatique qui héberge le serveur.

Il faut un nom de domaine propre pour que ça marche (14€/an) + un ordinateur et une clé 3G. Ce sont les seuls investissements nécessaires.

Il permet aux pros d’avoir la liste des transactions quotidiennes, qui leur est envoyée par mail.

Il est possible d’ajouter un commentaire au paiement (n° de facture, etc)

Il y a la possibilité de suivre les flux monétaires. Par contre, le backoffice est peu lisible, c’est la même interface que le Minitel.

A venir : une appli à développer et à donner aux pros, leur permettant de taper le montant qui leur est dû. L’utilisateur n’a plus qu’à rentrer son code secret sur le téléphone du pro et la transaction a lieu. Donc l’utilisateur n’aurait besoin ni de carte, ni de smartphone.

Coût d’investissement environ 40,00 € ; coût électricité environ 10,00 € par an (!)

5
L’Eusko (Mirentxu Belly)

Avant de se lancer dans le numérique, ils ont levé 130 000€ : 50 000 de subvention, 50 000 de la Fondation Charles Leopold Meyer, 30 000 de financement participatif.

Logiciels :
– Dolibarr pour la gestion client
– Cyclos 4 Pro pour les transactions numériques
+ 3 appli développées par l’Eusko.
La solution est très stable et très ergonomique.
Le power-point présentant l’euskokart est à voir ici .
Le Léman (Jean Rossiaud)

Ils voulaient dès le départ avoir un crédit mutuel interentreprise (ou « barter »), sur le modèle originel de WIR, en Suisse. A l’origine, ils pensaient partir sur Cyclos mais la rencontre avec un « Hacker Ethique » (personne dont le métier est de s’assurer de la sécurité des outils informatiques des grandes banques et des Etats) l’a convaincu d’opter pour la Blockchain, ceci pour des raisons techniques (grande sécurité) et philosophique (l’aspect décentralisé de la blockchain rend impossible la concentration du pouvoir en un petit nombre de mains).

Le Leman veut créer deux coopératives :

Coopérative 1 : pour gérer le réseau interentreprises. Pour ça, ils ont besoin :

– D’économistes pour évaluer les autorisations de débit dans le Barter

– De développeur économique pour reconstruire les filières locales

Coopérative 2 : pour développer la ComChain (blockchain éthique et bien commun)

– Recrute une équipe de développeur informatique
Le « Bilejuto » (portefeuille en espéranto) proposé par le Léman.

Cette appli doit sortir cet été. Elle sera mise à disposition des autres MLC qui pourront avoir leur propre interface graphique, avec leur logo.

Le Léman a deux monnaies numériques distinctes : le « e-leman » (qui a une contrepartie en euro sur un fonds de garantie, comme l’Eusko) et le « lemanex » (qui n’a pas de contrepartie dans le fonds de garantie et qui est créé lors d’une transaction sur le Barter). Ces deux monnaies sont réunies sur l’appli. Lors d’une transaction, les Lemanex sont automatiquement dépensés en premier car l’objectif est de faire prendre de l’ampleur au Barter.

En effet, l’objectif est de dynamiser le plus possible le Barter. A terme, lorsqu’il y aura suffisamment de Lemanex en circulation et que leur vitesse de circulation sera suffisamment élevée, on n’aura plus besoin de convertir des euros pour se procurer des e-leman. Les Lemanex seront la monnaie principale du réseau. Ainsi, on ne sera plus bridé par le fait de détenir ou non des euros : la création monétaire concomitante à l’échange de richesses réelles sur le Barter nous permettra de nous émanciper de la monnaie nationale au sein du réseau.

Coût : 2 500€ d’installation et formation puis 2 500€ annuel (je crois que ce prix correspond à la mutualisation des coûts entre plusieurs monnaies, donc il peut être amené à baisser ou augmenter. A vérifier).

Ils n’ont pas encore de retour de la part de leurs adhérents sur la qualité de leur solution numérique car celle-ci est encore peu déployée pour le moment.

Leur solution rend possible les paiements par SMS, Appli smartphone et carte sans contact.
Et pour finir… un plaidoyer contre l’usage du numérique !
La Roue (Yvonne Dequaire et Benoist Magnat)

Arguments contre la dématérialisation de la Roue (monnaie locale citoyenne)

La Roue qui existe dans 4 départements de la Région PACA, dont le Vaucluse, veut dématérialiser sa monnaie (des beaux billets de toutes couleurs actuellement) par paiement électronique.

Dans une société qui veut aller toujours plus vite toujours plus loin, la dématérialisation ne va-t-elle pas dans le même sens, et donc à l’encontre de la décroissance?

S’en remettre à la numérisation ne résout pas les difficultés d’ordre politique

La création de la Roue s’est faite avec des objectifs pédagogiques et d’éducation populaire sur les mécanismes de la monnaie, de réflexion sur le productivisme mondialisé et la croissance destructrice, sur les échanges, la valeur, etc…. Elle se veut une monnaie citoyenne.

La démat en voulant simplifier par une technologie usuelle ne se démarque pas du système dont elle veut se libérer. Seuls des experts pourront contrôler le système technique mis en place. Ne donnera-t-on pas le pouvoir aux experts en dehors du contrôle citoyen?

Les MLC sont des monnaies citoyennes qui permettent aux citoyens de comprendre le sens véritable de la monnaie ( échanges, circulation et non thésaurisation ou spéculation).

La mise en place de ces monnaies est entourée d’une éthique. C’est donc un instrument d’éducation populaire.

Faciliter techniquement les échanges par la dématérialisation démobilise le citoyen dans sa résistance aux systèmes bancaires capitalistes.

Lors des transactions numériques, l’entreprise peut appliquer des frais de traitement pour chaque achat, et également facturer les vendeurs pour l’utilisation de son réseau comme plate-forme.(ex Amazon)

« La suppression du cash au niveau européen, avec l’encadrement légal des moyens de productions alimentaires, constitue sans doute la base la plus solide sur laquelle pourrait reposer tout système de contrôle vraiment efficace. Puisque l’argent détermine presque entièrement la qualité de notre vie sociale, il devient possible, en conditionnant de façon restrictive cet accès à l’argent, de contrôler la vie d’une personne dans sa quasi-totalité » https://fr.sott.net/…/28318-Guerre-au-cash-et-pucage-de-mas…

Adopter la dématérialisation c’est aller dans le sens de la Commission Européenne et des banques qui veulent supprimer le cash pour développer une société du tout contrôle. C’est aussi cautionner cette politique qui vise à réduire chaque humain à être consommateur ou producteur mais surtout pas citoyen.

Par la dématérialisation on change la nature de la monnaie, et nous doutons qu’elle puisse rester une monnaie citoyenne.

Le changement d’échelle recherché par l’élargissement du périmètre modifie aussi la nature de la monnaie : on pourra de moins en moins fonctionner au consensus ou même au consentement, des processus qui demandent du temps pour la prise en compte des objections fondées.

Toujours plus loin, toujours plus vite, toujours plus rentable, mais pour quelle humanité, pour quel type de société ???

Thème : le lien avec les collectivités et les élus, témoignages.

Comment se faire comprendre des élus ?

D’après les notes de Jean-Yves Quiviger et Danielle Nadal.

LA ROUE (Vivien Le Turcq)

Des discussions et des projets communs avec diverses collectivités :

– Le plus avancé : avec la Communauté de Communes du Grand Avignon. Le Grand Avignon a financé une étude pour déterminer des indicateurs de l’efficacité d’une MLCC. Cette efficacité pourra être mesurée sur plusieurs politiques, dont éventuellement la redynamisation du centre ville.

– Un maire qui voudrait mutualiser les équipements collectifs avec d’autres communes envisage de promouvoir l’orientation des comportements citoyens (ex transports collectifs) par un carnet de 100 roues. Piste d’action bien engagée

– La région PACA a dépensé 80 000 euros pour une étude sur l’intérêt économique des MLCC (aidée par la Roue)

Conseils : il faut avoir de la patience, ne pas être susceptible, échanger avec les élus sans avoir le désir absolu de les convaincre.

LE SOUDAQUI ( Alain Vivès)

Nouvelle monnaie (autour de Prades dans les Pyrénées), le Soudaqui a peu de succès auprès des maires (ne viennent pas aux réunions d’information).

Plus de succès avec les commerçants, leur président est comptoir de change !

Conseils : faire passer un article dans les bulletins de la Commune ou de la Communauté de communes ; dire : « voilà ce qu’on peut vous apporter ».

LE LEMAN (Jean Rossiaud)

Il s’agit de savoir comment on parle à ses interlocuteurs :

Se mettre à leur place ; plutôt que des demandes de subventions, dire « nous pouvons vous aider à valoriser la politique locale, dites-nous comment ». Accepter de faire le travail pour l’élu dans l’ombre ; après quoi il nous recommande auprès des personnes, entreprises…

Il y a mieux que les subventions : ce qu’on appelle en Suisse des « mandats » et en France des « opérations », autrement dit des prestations de services ; ce n’est pas la même ligne budgétaire et les montants sont plus élevés. En dessous de 25 000 euros on n’est pas soumis à l’ouverture à la concurrence.

Autre avantage : les premiers mandats de commune (avec valorisation du travail bénévole) sont considérés comme un co-financement local par les Fonds européens FSE, qui peut doubler le montant.

LE GRAIN ( Serge Delamare)

A connu une expérience très positive avec la Mairie de Gonfreville l’Orcher (près du Havre) mais une autre très négative lorsque la région Normandie a voulu lancer une monnaie régionale (le Rollon) , qui est très vite devenue un projet de « monnaie unique », ne laissant pas de place aux monnaies citoyennes, et aux objectifs très limités. Si le Rollon capotait, il n’y aurait plus rien, donc il faut se maintenir.

Conseil : L’échec du Mi’Py (monnaie de la Région Midi-Pyrénées) a prouvé que les élus doivent accompagner les monnaies citoyennes, non les créer.

LE GALAIS (Cédric André)

Nouvelles de la Bretagne :

Le Galléco (lancé par le département d’Ille et Villaine avec un budget de 300K€ sur 3ans), a contacté les 13 monnaies et projets de Bretagne dans la perspective de créer un outil numérique commun. Plusieurs rencontres animée par la CRESS au démarrage et la Sonantes (Crédit Municipal Nantais qui a lancé l’initiative avec plus de 400K€ sur 3ans) ont permis à un réseau régional d’émerger en parallèle des travaux d’étude.

Une étude de faisabilité technique et juridique portée par CMN d’un montant de 18 000 euros financée par le Galléco et Héol pour près de 17500€ bénéficiant d’un cofinancement, les autres MLC ont contribué à hauteur de 500€ env.

Au final la solution Cyclos portée par Sonantes propose un ticket d’entrée à 8000 euros et un fonctionnement de 20 000 euros annuel auquel s’ajoute un salarié pour assurer l’animation.

Conclusion nous n’avons pas les mêmes réalités !

On peut respecter leur démarche toutefois il a été légitime de contester l’instrumentalisation des MLCC et du moins la non considération d’un nécessaire subsidiarité.

Là où nos différences auraient pu être complémentaires, une fin de non recevoir a été posée par les coûts et dans les discours aussi.

Les MLCC ont toutefois gardé leur intégrité.

Conseils de fonctionnement proposés :

Adresser un courrier aux mairies pour info dans les bulletins municipaux

Prendre rdv avec les conseils municipaux

Prendre le temps de comprendre le fonctionnement des collectivités

Savoir que les élus se contredisent entre eux

Écrire au président / Le DGS (Directeur général des Services) qui prend les décisions est obligé de lire le courrier adressé au président.

Si vous demander une subvention soyez précis sur son usage ! Sinon renoncez à être pieds et mains liés.

Proposer des conventions dans les termes que nous avons rédigés. Ne pas se laisser mener là où on ne voudrait aller.

LE VENDEO (Nehru Hattais)

Nous n’avons pas eu de difficultés pour faire signer des conventions avec les 13 communes de la Communauté de communes, et toutes leurs régies (50 services) acceptent le Vendéo.

Méthode : la première personne que nous avons a contactée a été le DDFIP.

L’adhésion des communes à une association étant interdite, le montant en est versé sous forme de subvention.

Conseil : se faire faire des t-shirts et des casquettes bien voyants !!!

LA GONETTE (Charles Lesage)

Il ne faut pas oublier de participer au Collectif pour la Transition (Alternatiba en fait partie et est même en avance). En effet , le Pacte pour la Transition (http://www.transitioncitoyenne.org/le-pacte-pour-la-transition/) donne des instructions claires pour intégrer les communes au mouvement, et parmi les voies à suivre il y a : « favoriser l’utilisation des MLCC ».

Conseil : rédiger des fiches techniques pédagogiques et proposer des formations à destination des élus.

Pourquoi une monnaie papier ? Pourquoi pas une monnaie virtuelle ?

By | Informations | No Comments

Il serait plus juste de parler de monnaie dématérialisée plutôt que de monnaie virtuelle.

Il existe des monnaies locales dématérialisée , par téléphone, carte… mais cela implique des plate-formes de gestion qui sont chères. Cependant avec certains système du type « paypal » écolo, les porte-feuilles virtuels ne coûtent pas cher. Des logiciels libres existent et réduisent les coûts.

Mais au delà du prix, la question de l’utilisation du numérique suppose une réflexion particulière.

Au niveau de Gwada MLCE, on a préféré commencer par des billets, tout en pensant expérimenter les monnaies dématérialisée dans un deuxième temps, par carte à puce voire portable, en particulier vis-à-vis des commerçants qui reçoivent beaucoup de monnaie locale complémentaire et donc beaucoup de billets à compter. On essayera un paiement par téléphone avec une plate-forme spécialisée.

Les petits producteurs locaux ne fonctionneront pas avec des cartes à puces : ils voudront des billets.

Il faut varier les supports pour que chacun s’approprie la monnaie locale.

Pour ceux qui ont conçu Le Gwada, la monnaie est un lien physique et a une valeur éducative, d’où le désir d’évacuer tout ce qui est virtuel en terme de vision, de contrôle, de poursuite des objectifs initiaux.

Certains considèrent aussi que la monnaie dématérialisée ne quitte jamais la banque à la différence d’une MLCE en billets qui circulent.

2/Fonctionnement du Gwada

Le Gwada circulera sous forme de coupons de papier pour des questions de budget et sans exclure une évolution future vers d’autres supports.

L’utilisation de monnaie locale sous forme papier est actuellement simplifiée au niveau des autorités (Banque de France, Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution ACPR): les monnaies locales sous forme papier ne relèvent pas de la réglementation bancaire et financière dans le mesure où elles ne sont pas remboursables (pour le simple utilisateur), ni fractionnables (paiement en plusieurs fois) et ne donnent lieu à aucun rendu de monnaie (avec une tolérance pour les centimes). Il faut aussi que les euros remis en échange de la MLEC soient déposés sur un compte de dépôt tenu par un établissement de crédit habilité.

Sinon l’émetteur de la monnaie locale doit être agréé en tant qu’établissement de crédit, de monnaie électronique ou de paiement selon le cas. Cependant il est possible de demander une exemption d’agrément dans la mesure où la monnaie locale est utilisée « dans un réseau limité d’accepteur » ou pour « un éventail limité de biens et de services ». Cela suppose pour chaque MLCE de faire une déclaration d’exemption à l’ACPR qui doit notifier une éventuelle opposition dans un délai de 3 mois.

Comprendre la monnaie locale

By | Informations | No Comments

Outils diverses pour se former, se documenter, aller plus loin en autonomie :

Également des cines-débats peuvent être organisées, une série des films se prêtent bien pour créer le dialogue entre nous, sur les questions qu’y nous intéressent.

Des films :

Si vous ne les avez pas déjà vus, que plusieurs films abordent la question de l’argent et de la monnaie et permettent de mieux comprendre leur fonctionnement :

Eclosion d’une monnaie : Le Sol-violette des Zooms Verts
La double face de la monnaie de Vincent et Jerôme Polidor
De quoi sommes nous riches ? de la Coopérative DHR
Demain : par Cyril Dion et Mélanie Laurent

ou encore :

L’argent dette de Paul Grignon

Rencontres

By | Rencontres | No Comments

Rencontre avec le FSE salle Tarik à Grand-camp 0590 80 50 26 – 05 90 80 50 28
Coordonné Conseil Départemental 05 90 99 76 20 – 05 90 99 78 89
Cellule Europe 05 90 99 28 28
Rencontre avec Mr Grégo Gérard Vice-Président de la chambre des Métiers et de l’artisanat 06 90 34 02 07
Rencontre avec Mme Sandra Jean-Denis Responsable de l’ESS à la Région Guadeloupe et Axelle Daijardin.
Rencontre avec le Club Rotary de Basse-Terre Fort Saint-Charles.
Rencontre avec Sophie Gratiféria – Gwada Partage – 06 90 96 01 24
Rencontre avec Clair Arnaud de la Fab Lab de Jarry
Rencontre avec Alain Maurin – Professeur des universités en sciences Economiques – Vice Doyen -06 90 72 12 39 – 05 90 48 00 00 alain.maurin@univ.antilles.fr
Rencontre avec Yann Ceranton – Directeur de la vie des quartiers – Sainte-Anne – 06 90 53 57 64 – 05 90 23 98 80 (5074)
Rencontre avec DLA Boutique de Gestion – 05 90 60 58 32
Rencontre avec la BGE
DIECTTE – 05 90 83 76 28
Mme DEMEA Référente ma démarche FSE DIECTTE 05 90 80 50 26

Démarches à effectuer :
– rencontre Président de la chambre des métiers et de l’artisanat – Mr Simon VAINQUEUR – 05 90 80 86 56
– Président de l’association des boulanger – Mr Ramassamy – Petit-canal –
– Mme Bad (rotary) groupement de boulangerie à Marie-Galante
– Préparer une explication tableau de fonctionnement de la monnaie locale pour es agriculteurs.
– Rencontrer Alain PLaisir – Autonomiste de Guadeloupe – conquête du marché intérieur
– Contacter Michael Marton du Rotary et Mr Labelle de Produit Peyi
– Contacter Ô Marché
– Rencontrer chambre d’agriculture
– Appeler association de vendeurs ambulants Sainte-Anne
– Dimitri SABLON – 0690 00 49 92
– Bio kanel – Agnes Ponama – 06 90 69 48 08